Allemagne

Les vignobles allemands s’étendent sur 102 000 hectares dont 65 % sont réservés aux raisins blancs. Avec 9,3 millions d’hectolitres produits en 2013, l’Allemagne est le 8ème producteur mondial de vin et le 4ème de l’Union européenne. Il existe treize régions viticoles répertoriées en Allemagne.
Sans doute aussi difficile à comprendre que la Bourgogne, le terroir viticole et l’élaboration des vins allemands ont énormément changé ces quarante dernières années, ce qui a contribué à un manque de lisibilité des étiquettes et des vins et n’a pas facilité leur commercialisation. Pourtant l’Allemagne fait des grands vins en particulier avec les cépages riesling et plus récemment avec le pinot noir (appelé Spätburgunder).Le vin allemand d’entrée de gamme a eu son heure de gloire dans les années 1970-1980 grâce au vote d’une loi en 1971 qui mesurait la qualité du vin à son taux de sucre. Plus la concentration en sucre à la vendange était importante et plus le vin était censé être qualitatif. De plus, contrairement à la France et à l’Italie, les rendements n’étaient pas contrôlés et l’industrie viticole allemande allait déverser des millions d’hectolitres de vins faits à partir de raisins surmaturés insipides et manipulés sur les marchés mondiaux (Liebfraumilch, Niersteiner Pissporter etc). La première victime fut le délicat cépage riesling qui perdit ses caractéristiques organoleptiques dans cette débauche à la course au sucre et à la quantité.

Heureusement et comme souvent, la viticulture allemande fut sauvée par une bande d’obstinés presque visionnaires qui, avec de faibles rendements et des méthodes de vinification plus proches de la nature allaient montrer que certains terroirs pouvaient produire des vins minéraux, tendus, complexes à faible taux d’alcool et parfaitement équilibrés. Les rieslings allemands, en particulier ceux qui proviennent de vignobles sur coteaux escarpés et à forte proportion d’ardoises, sont uniques et aucun autre pays au monde ne peut aujourd’hui rivaliser avec ces vins. La grande majorité des vins allemands sont des mono-cépages.Ces quinze dernières années, certains producteurs majeurs se sont éloignés des concentrations en sucre et de la règlementation allemande et élaborent des vins plus secs donc à plus fort degré d’alcool (le sucre étant transformé en alcool). Ce style de vin avec plus de gras, une belle minéralité et l’acidité du cépage riesling cultivé sur de nobles terroirs trouve sa place dans la gastronomie.

Les vignerons

Philip Wittmann

Hanspeter Ziereissen

Friedrich Becker

Roman Niewodniczanski